Cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir la vidéo de présentation du projet Integradiv (lien externe). 

INTEGRADIV

Le projet INTEGRADIV : « Conservation efficace des forêts méditerranéennes : une évaluation intégrée des moteurs et de la vulnérabilité des modèles de biodiversité multi-taxons, multi-facettes et multi-échelles », fait partie du programme BIODIVERSA+. Le projet vise à parvenir à une meilleure connaissance des écosystèmes forestiers du biome méditerranéen en Europe et à proposer des actions de protection efficaces, ce qui présente un enjeu sociétal extrêmement important face au changement global dans cette zone.

Le projet est prévu pour 3 ans, de mars 2023 à mars 2026.

Contexte 

Alors que la recherche et les actions de conservation se sont principalement focalisées sur la diversité taxonomique, INTEGRADIV souhaite mettre en avant l’importance de prendre en compte la diversité fonctionnelle et phylogénétique des organismes. En effet, cette approche prometteuse permettrait d’assurer une conservation plus efficace et le maintien d’écosystèmes résilients. Cependant, les connaissances actuelles sur la biodiversité à multiples facettes demeurent fragmentaires, ce qui limite considérablement la capacité à anticiper les besoins actuels et futurs en matière de conservation. Cette problématique revêt une importance particulière dans le biome euro-méditerranéen, qui abrite une diversité unique d’habitats, fortement menacés. 

D’ici 2100, ce biome devrait faire face à des changements drastiques de biodiversité en raison de sa sensibilité à l’utilisation des terres, liée à l’augmentation continue de la population, ainsi qu’aux changements climatiques.

Ainsi, ce projet cherche à combler ces lacunes en fournissant des évaluations approfondies et en développant des recommandations spécifiques pour la conservation de ce précieux écosystème.

Objectifs 

L’objectif principal d’INTEGRADIV est de développer une approche intégrée pour fournir des lignes directrices sur la façon dont les facettes taxonomique, fonctionnelle et phylogénétique de la biodiversité devraient être incluses dans des plans de conservation réalistes. En utilisant des données existantes et nouvellement collectées, ce projet développera un cadre d’évaluation de la biodiversité qui prendra en compte différentes échelles spatiales (régionales et euro-méditerranéennes) et groupes taxonomiques. 

Dans le contexte du hotspot de biodiversité euro-méditerranéen, caractérisé par une grande diversité d’arbres, de papillons et d’oiseaux, INTEGRADIV abordera des questions clés : 

  1. Où se trouvent les zones de biodiversité de grande valeur ? 
  2. Quel est le niveau d’intégrité écologique des forêts euro-méditerranéennes ? 
  3. Comment les structures spatiales de la biodiversité ont-elles été façonnées et quelle est leur vulnérabilité face aux changements climatiques et à l’utilisation des sols ? 

En utilisant ces questions comme guide, INTEGRADIV fournira un outil de priorisation pour orienter les stratégies de conservation futures, en intégrant toutes les facettes de la biodiversité tout en gérant efficacement les ressources publiques. Afin de s’assurer de répondre aux besoins des parties prenantes, le projet s’engagera dès le début dans un processus d’apprentissage commun entre la science, la pratique et la politique. 

Les résultats d’INTEGRADIV seront communiqués à la communauté des parties prenantes par le biais de notes d’information, de publications vulgarisées et d’ateliers tout au long du projet.

Partenariats

Il s’agit d’un consortium de sept universités :

Chef de projet :

  • Aix Marseille Université, Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie, France.

Partenaires sous-traitants :

  • Ligue de Protection des Oiseaux PACA, France
  • Association Internationale des Forêts Méditerranéennes, France

Partenaires :

  • Université de Alicante, Département d’écologie, Espagne
  • Aarhus Université, Centre of Biodiversity Dynamics in a Changing World, Danemark
  • Université de Genova, Département des sciences de la terre, de l’environnement et de la vie, Italie
  • Panepistimio Ioanninon, Laboratoire de conservation de la biodiversité, Grèce
  • Vrije Université Amsterdam, Département de géographie environnementale, Institut d’études environnementales, Pays-Bas
  • Musée d’histoire naturelle d’Aarhus, Recherche et collections, Danemark